Salut la mort, adieu les artistes

By 17 janvier 2016Actualité

David Bowie, Michel Delpech, Alan Rickman, Michel Galabru, René Angelil, Lemmy Kilmister : voilà le triste tableau de chasse de la Mort en ce début d’année 2016.

Et cette chère faucheuse n’a probablement pas fini son travail. Après avoir liquidée 140 innocents en novembre 2015, elle enlève de ce monde 7 artistes, dont la seule prétention était de nous faire oublier notre quotidien en cinquante nuances de gris. Alors il est vrai que tous ne touchent pas le même public ni le même domaine. Mais tous ont su dépasser leur art pour faire partie de notre culture commune.

 

En chantant

David est mort, et le corps de Ziggy est redevenu poussière d’étoiles, après 69 années dédiée à l’imagination, à la création et à l’émergence d’un pan entier de la musique pop. Les frasques sexuelles n’ont en fait qu’une importance positive dans la mesure où il a été un précurseur dans le coming-out des artistes. Il ne reste que des mélodies intemporelles.

 

 

Et notre Michel n’est pas en reste : le loir-et-cher, les divorcés, que Marianne était jolie, le chasseur, chez Laurette, quand j’étais chanteur, etc… Il a enfilé pendant plusieurs dizaine d’années les tubes comme des perles. Il savait chanter les petits bonheurs et malheurs du quotidien avec une sagesse touchante.

 

« Si tu manquais de quoi qu’ce soit,
Tu peux toujours compter sur moi
En attendant que tu travailles.

Je sais que tu peux t’en sortir :
Tu vas me faire le plaisir
De te jeter dans la bataille.

Si c’est fichu
Entre nous,
La vie continue
Malgré tout. »

 

Au Paradis il pourra faire un duo d’Enfer avec Lemmy, le leader de Motörhead. Nul doute que leur reprise de The Game restera certainement gravée dans les mémoires pour l’éternité.

 

Et n’oublions pas que tout ces grands seront désormais managés par l’un des meilleurs producteurs : René Angelil. L’homme qui a découvert Céline Dion et l’a fait évoluer de ça :

à ça :

Tous ces artistes laissent derrière eux des familles et des millions de fans…

« Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur »

Et l’on ne peut pas blâmer Michel Galabru pour les quelques films « alimentaires » qu’il reconnait lui-même avoir tourné dans sa longue carrière. Beaumarchais n’aurait pas put rêver meilleur comédien, ni plus grand amoureux de la langue française, pour interpréter ses pièces. Il est aussi l’un de ces acteurs qui ont eût l’opportunité d’imprimer pour la postérité des bobines entières de personnages divers et variés, allant de l’adjudant-chef Gerbert à Figaro. Avec humilité et sincérité. Avec Alan Rickman comme partenaire il pourra s’ouvrir au théatre shakespirien. Car oui, la Mort a eût raison du professeur Severus Rogue. Dieu sais que le shériff de Nottingham est résistant mais, après une lutte acharnée sans pouvoir utiliser aucune reliques, il finit par accueillir la Mort comme une amie, nous laissant orphelin avec une incarnation époustouflante de notre cher Roi-Soleil

La tradition veut que le jour de l’an nous nous souhaitions à toutes et à tous une bonne et heureuse année. Et surtout que l’année qui arrive soit meilleure que celle qui tire sa révérence. Pourtant il semblerait que 2016, comme sa grande sœur, soit marquée du sceau du deuil. Mais en leur mémoire nous devons garder espoir. Tous nous ont prouvés que nous pouvons faire face à la Mort la tête haute. Pensons à celles et ceux à qui la vie a été ôtée trop tôt, battons-nous pour vivre comme nous l’entendons. Malgré les difficultés, les blessures, les peines, le chagrin… Certains disent encore et toujours « nous sommes en guerre ». Eh bien si ceux-là ont raison, qu’importe les difficultés car « à vaincre sans périls on triomphe sans gloire ».

Photo du profil de Laurent

About Laurent

Contributeur régulier, webmaster, fondateur du site. Tel un Hannibal Smith auvergnat, il adore qu’un plan se déroule sans accroc.

Leave a Reply