When you wish upon a star… (mon Disneyland Paris)

By 4 novembre 2014DisneyWorld

« When you wish upon a star
Makes no difference who you are
Anything your heart desires
Will come to you.

If your heart is in your dream
No request is too extreme
When you wish upon a star
As dreamers do. »

 
 » To all who come to this happy place, welcome. Once upon a time… a master storyteller, Walt Disney, inspired by Europe’s best loved tales, used his own special gifts to share them with the world. He envisioned a Magic Kingdom where these stories would come to life, and called it Disneyland.
Now his dream returns to the land that inspired it. Euro Disneyland is dedicated to the young and the young at heart… with the hope that it will be a source of joy and inspiration for all the world. » Michael Eisner le 12 avril 1992. »

 

Voilà donc mon premier article, et comme on ne parlent bien que de ce que l’on connaît, c’est le monde merveilleux de Walt Disney qui sera donc le thème principal. Enfin, pour être précis, il sera ici question de Disneyland Paris. Alors oui, je vous entend déjà pousser des soupirs (oui toi, là-bas, au fond de la classe près du radiateur, je t’ai entendu soupirer), vous qui me connaissez car il est bien connu que je suis un vrai fan de Disneyland. Mais pour ceux qui ne me connaissent pas, je vais aborder les choses différemment.

Alors commençons par le commencement : qu’est-ce que Disneyland Paris, mon bon monsieur ??????

Réponse : Le Parc Disneyland ou Disneyland Park est un parc à thèmes de la Walt Disney Company situé en France, dans le secteur de Val d’Europe à Marne-la-Vallée en Seine-et-Marne, qui a ouvert ses portes le 12 avril 1992. Il fait partie du complexe de loisirs Disneyland Paris anciennement Euro Disney Resort. Le parc à thèmes s’est d’abord appelé Euro Disneyland jusqu’au 1er octobre 1994 puis Disneyland Paris jusqu’en 2002 où il a acquis son nom actuel de Parc Disneyland. Ces changements successifs de nom symbolisent aussi la difficulté du parc à trouver son identité et sa fréquentation. Le parc n’appartient pas directement à la Walt Disney Company mais à Euro Disney Associés SNC détenu par Euro Disney SCA. Le nom Disneyland Paris, autrefois utilisé pour désigner le parc, pose dorénavant un problème de confusion avec le nouveau nom du com… Oh et puis merde, en fait.

Non parce que finalement wikipedia c’est chiant. Et puis parce que c’est pas vrai. Disneyland Paris c’est autre chose que des chiffres, des dates… Disneyland Paris c’est une ambiance, un sourire d’enfant, un coucher de soleil se reflétant sur les ors du château de la Belle au bois dormant… C’est aussi des petits rituels avec ses amis, des peurs affrontées, des joies et des peines, voilà ce que c’est Disneyland Paris. Voilà le parc tel que je veux vous le faire découvrir. Cependant pour cela il y a un impératif : laissez se réveiller l’enfant qui sommeille en vous !

Au commencement de DLP était monsieur Tony Baxter. 

tony baxter

Tony Baxter est le papa de Disneyland Paris

C’est un Imagineer de la Walt Disney Imagineering qui a débuté comme vendeur de glaces à Disneyland en Californie. Son talent, sa créativité et ses compétences lui ont permis de gravir les échelons de l’entreprise jusqu’à être chargé, dans le milieu des années 80, de la conception de EuroDisneyland. L’idée était de créer un endroit où les rêves prennent vie et cela commence dès Main Street USA ! Petite visite guidée (c’est là que l’on clique sur la vidéo de dessous).
 

 

Bienvenue à tout les jeunes et jeunes de cœur, vous êtes ici à MAIN STREET USA ! En plein cœur de ce joli petit bourg, inspiré du Marceline dans lequel a grandit Oncle Walt, profitez des joies de l’Amérique des années 20. Town Square et son charmant kiosque où il fait bon se reposer au cœur d’une après-midi de printemps, city hall et ses employés toujours disponibles pour vous… Dès l’entrée du parc c’est une explosion de douceur et de couleurs. On se sent vraiment comme à la maison, et c’est tout naturellement que nous dirigeons vers les différentes boutiques qui jalonnent la rue. Au passage, les messieurs soucieux de leur apparence peuvent s’arrêter chez le barbier pendant que les enfants font la queue pour prendre une photo avec les personnages Disney (particulièrement Mickey). En avançant jusqu’à Central Plaza vous n’avez qu’à ouvrir grand les yeux pour voir se profiler le majestueux château de la Belle au bois Dormant, qui marque par la même occasion votre entrée dans Fantasyland.

 

Fantasyland c’est le royaume des contes de fées, le seul endroit où un mec de ma carrure (1m93 pour 128 kilos) peut essayer de retirer Excalibur du rocher sans craindre de voir arriver de gentils messieurs en blouse blanche ! Juste à côté d’Excalibur se trouve le carroussel de Lancelot, un des plus grand d’Europe (rien que ça !), et un dark ride qui vous entraîne au cœur de l’histoire de Pinocchio. A ses côtés, la fée bleu secoue son voile, Stromboli vous enferme dans une cage d’acier (fumier de lapin ce rital de mes deux…), les enfants se changent en âne et vous finissez dans le ventre de Monstro. Avouez que ça fait beaucoup pour les petits êtres humains que nous sommes ! Mais c’est déjà Peter Pan’s Flight qui vous appelle. Au programme : Survol des toits de Londres sous un joli clair de Lune, bataille avec crochet et en prime un peu de poussière d’étoile dans les yeux. Mais je crois que mon attraction préférée dans ce land est celle dont le thème musical est joué dans la vidéo suivante. Attention, je décline toute responsabilité rapport aux effets secondaires que peux provoquer l’écoute de cette chanson !
 

 

It’s a small world !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

 

C’est sucré, enfantin, entêtant, mais qu’est-ce que c’est BON ! A chaque fois que j’écoute cette chanson ce sont pleins de souvenirs d’enfance qui remontent à la surface. De cette période de notre vie où on profite de la vie avec insouciance…

 

Bon, maintenant qu’on a bien profité de Fantasyland, il est temps d’aller dans Adventureland et les Caraïbes se réchauffer un peu. Le compositeur de la prochaine bande-son est aussi celui du thème de l’attraction Small World. 
 

 

Voilà donc l’attraction qui a inspirée la saga cinématographique ! Ici, point de Jack Sparrow, mais des duellistes toujours très affûtés, une attaque en règle d’un village de pirates, un soiffard qui passe son temps à vider sa bouteille sur les visiteurs ( petit salaud!!!!) et quelques passages dans des courants rapides histoire de donner quelques sensations aux aventuriers que nous sommes. L’occasion est trop belle de s’arrêter manger au blue lagoon restaurant qui est en plein cœur de l’attraction. Euh, en fait, non on ne va pas s’y arrêter manger. Enfin pas tout de suite, parce que maintenant on attaque les choses sérieuses dans la mesure où Indiana Jones nous attend pour aller explorer le temple du Péril et son redoutable looping. Pour être moi-même peu à l’aise dans ce genre d’attraction, je confirme qu’il faut une certaine dose de courage pour affronter les dangers de ce temple mais quel plaisir de le faire et d’arriver à vaincre sa peur !!!! D’ailleurs, pour ceux qui voudrais avoir des conseils pour dépasser leur peur dans ce genre d’attraction je vous renvois vers l’excellent article de ma meilleure amie sur le forum de disney central plaza.

 

 
Au loin commence à se dessiner Frontierland et l’immense Big Thunder Mountain.
Le Far West à 40 minutes de Paris. Enfin ça dépend, si vous partez de châtelet c’est plutôt 45 mais 35 en partant de la gare de Lyon via le RER A. Mais là je m’égare (comme dans le RER, d’ailleurs…). Bon donc nous en étions à Big Thunder Mountain. Sa mine, son train fou emblématique construit par Tony Baxter lui-même (oui toi le cancre du 12e rang qui tiens le radiateur, le même Tony dont je parle au début de l’article), son Mark Twain et son Molly Brown. Allez hop, ambiance MMMMMAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARRRRRRRRRRRKKKK TWAAIIIIINNNNN ! Spécial kacedédi pour les vrais fans de Disneyland !

 

Bon il est temps de vous emmener dans ma maison. Oui, j’ai une maison. Même qu’elle est dans Frontierland. Même que ça fait des années que la femme de ménage n’y a pas foutue les pieds, rapport aux 2 ou 3 fantômes qui traînent par-ci par-là dans la baraque. Bon c’est vrai que Marion y est morte en m’attendant. Il faut dire que ça fait 20 ans que je suis partit chercher le pain mais enfin bon… Alors par contre vu que je n’y retourne pas souvent si quelqu’un pouvait décrocher le pendu qui est dans l’une des pièces du château ça m’arrangerait. 
 

 

Ceci étant dit, il reste une partie du parc à découvrir : Discoveryland !
C’est un véritable hommage rendu à Jules Verne par Disney que cette version de Space Mountain. Cependant c’est une attraction à sensations fortes alors attention aux âmes sensibles. D’autant que le X-Wing qui vous attend non-loin est une invitation à pénétrer dans le monde de Star Wars via un voyage en starspeeder 3000 pour aller visiter Endor. Je précise qu’il est interdit de capturer des Ewok pour les ramener chez soi (youyoute et zednouba étant des exceptions). Et si le cœur vous en dit, Michael Jackson reviens d’entre les morts pour Captain Eo ! 
 

 

Déjà, rien que ça en une journée c’est du sport. Mais comme chez Oncle Walt on sais recevoir, le soir il y a Disney Dreams. What is it ? C’est ça : 
 

 

Voilà. Disneyland Paris c’est ça. C’est tout ça et bien d’autres choses aussi. Parce que ça ne s’écrit pas. Ça ne se raconte pas. Ça se vie.
C’est un sourire échangé avec une belle inconnue dans une file d’attente. C’est se retrouver coincé dans Big Thunder Mountain. C’est un fou rire échangé avec une amie en plein hiver sur Town Square… Et voir le soleil se coucher lentement sur Cotton Creek comme s’il ne voulait pas voir que l’été se meurt. 
C’est aussi ça, Disneyland Paris. 
MON Disneyland.

 

Photo du profil de Laurent

About Laurent

Contributeur régulier, webmaster, fondateur du site. Tel un Hannibal Smith auvergnat, il adore qu’un plan se déroule sans accroc.

Leave a Reply